Go to Top

La QVT et le télétravail, deux notions compatibles ?

Un bureau de télétravail

Un bureau de télétravail

Le télétravail et la qualité de vie au travail.

La période de crise sanitaire que nous traversons actuellement nous a permis de repenser les enjeux du travail moderne. La présence physique des salariés a laissé place à une relation à distance, digitale. Elle a été grandement démocratisé par la mise en place du télétravail durant le confinement. Une grande partie de l’activité d’entreprises françaises a ainsi été sauvegardé tout en maintenant des relations sociales à distance, qui ont permis de poursuivre la vie des sociétés.


Le télétravail, une notion novatrice ? 

Le télé-travail est par définition, « une activité professionnelle exercée à distance (d’une entreprise), grâce aux outils de télécommunication », un cadre redéfinit légalement depuis 2018.

Une solution qui fait partie intégrante du CSIERESO, puisqu’elle a été mise en place, de manière partielle, bien avant le confinement. Cela permet à nos salariés de limiter les trajets domicile-travail, de travailler dans un environnement plus calme et de mieux concilier vie professionnelle et vie personnelle.

Bien que le travail à distance semble être un outil efficace qui tend à se généraliser à l’avenir, certains secteurs d’activités se doivent de maintenir le contact physique. Le métier d’assistante sociale en entreprise privilégie le contact humain : le relationnel est une notion-clé de notre métier.

Repenser l’organisation globale du travail doit-elle se faire au détriment de la vie sociale professionnelle ? Qu’en est-il de la santé mentale des salariés ?


La QVT et la performance à distance.

Si ce n’est plus à prouver que la QVT est un levier de performance, est-elle pour autant compatible avec le télétravail ? 

Le travail à distance permet une meilleure autonomie, une diminution de la fatigue ainsi qu’une plus grande productivité. L’absence de temps de transports est un avantage mis en avant par un grands nombres de salariés, notamment des métropoles régionales. Les avantages ne sont plus à revoir, mais les impacts positifs du télétravail sont à nuancer selon les profils et les métiers.


Attention à l’isolement du télétravailleur. 

L’isolement social accru des télétravailleurs est un inconvénient majeur du travail à distance. Le confinement a révélé bon nombre de problématiques liées à la solitude et l’éloignement des relations humaines …

Le développement des outils digitaux et des moyens de communication numériques permet de travailler à distance tout en étant relié au bureau via le téléphone ou par visioconférence par exemple. Mais cette situation peut-être porteuse de mal-être notamment pour les salariés n’arrivant pas à se déconnecter de leur vie professionnelle ; la disponibilité constante peut amener le télétravailleur à travailler sur son temps de repos, au détriment de sa vie personnelle.

L’absence de déplacement professionnel nuit également à la cohésion sociale avec un affaiblissement des relations interpersonnelles.

Le salarié peut aussi voir les relations avec ses collègues évoluer défavorablement. Un sentiment de mise à l’écart et un manque de reconnaissance professionnelle ressortent de l’absence d’interactions sociales.

Les risques de trouble musculo-squelettiques dus à une mauvaise posture et une position assise prolongée sont des problèmes ergonomiques majeurs à ne pas négliger.

 

La QVT à domicile en quelques chiffres …

Dans le cadre de la Semaine de la Qualité de Vie au Travail (SQVT), l’ ANACT nous a proposé une enquête sur le télétravail. Il en ressort que durant la période avant le confinement, la tendance à télé travailler était relativement faible en entreprise.

On notera 41% de nouveaux télétravailleurs au mois de mai. Cela correspond à une augmentation significative de la part du travail à la maison.

Bien que les principaux bénéfices du télétravail soient connus, qu’en est-il des difficultés  ?

Il ressort ainsi que près d’un télétravailleur sur deux déclare des échanges plus difficiles entre collaborateurs. Il y a aussi un risque d’addiction au travail avec une augmentation significative des détresses psychologiques (stress, dépression, insomnie) …

 

Ainsi, le télétravail est une solution en pleine expansion dont les bénéfices ne sont plus à revoir. Il s’inscrit notamment dans les nouvelles formes d’organisation du travail. Il reste maintenant à organiser l’activité professionnelle à la maison en mettant l’accent sur le management et la cohésion sociale entre membres d’une même organisation, pour pouvoir concilier le télétravail et la QVT. 

Le travail en entreprise demeurera néanmoins la norme ; le confinement à démontrer que dans nos sociétés digitalisées l’humain et l’interaction sociale restent des notions essentielles pour notre bien-être !