Go to Top

Des interventions en santé au travail : les RPS n’ont qu’à bien se tenir !

assistant social au travail

assistant social au travailCela fait maintenant quelques années que l’on entend parler des RPS (Risques PsychoSociaux). Mais si vous posiez la question, “que sont les RPS ?”, aux salariés d’une entreprise lambda, vous auriez de fortes chances de comprendre qu’ils ne sont toujours pas clairs dans les esprits. Ces méconnaissances freinent leur prévention, heureusement des solutions existent.

Comment bien identifier les Risques PsychoSociaux ?

Différents de leurs cousins les risques routiers ou encore les risques chimiques, ils se situent à l’interface de l’individu et de sa situation de travail. cette position leur confère une place complexe, à l’image de la complexité du genre humain et de ses organisations. Les RPS font ainsi planer au-dessus de leur tête un léger brouillard qui les rend difficilement saisissables.

Mêlés, assimilés et parfois même confondus avec d’autres notions telles que le burnout, les RPS sont pourtant clairement définis et ainsi potentiellement assimilables.

Pour autant, ce que j’observe aujourd’hui est sans équivoque. Soit les RPS sont parlés et victimes de nombreuses idées reçues, soit ils sont tus, presque tabous, car il est coutume de penser que l’expression favorise la contagion.

Il est encore rare de rencontrer des entreprises au sein desquelles les RPS sont parlés et compris par tous, à tel point que chacun ait saisi son rôle vis-à-vis de ces risques. Car en effet, ils ne sont pas l’unique affaire des dirigeants, des préventeurs, ou encore des médecins du travail et des assistantes sociales : ils sont l’affaire de tous !

En 2018, il n’est plus à démontrer que les RPS ont un impact direct sur la santé des salariés, des employeurs et de leurs entreprises, quel que soit le secteur d’activité. Face à cette réalité, il apparaît nécessaire de s’inscrire dans des démarches de prévention, d’ordre primaire, secondaire et tertiaire.

Comment agir face aux RPS ?

Le point de départ d’une prévention est la communication, elle en est sa colonne vertébrale. Mais comment communiquer sur les RPS ? Ceci dépend des objectifs que l’on se fixe au départ.

L’une des actions clefs en matière de prévention, qui permet d’éveiller les consciences sur les sujets, correspond à la sensibilisation et la formation des publics.

Concernant la sensibilisation, qui n’est pas à confondre avec de l’information, elle permet de “toucher” un public en suscitant des émotions, pour donner naissance à une forme d’engagement et d’attention particulière.

A travers l’engagement suscité, la sensibilisation favorise des changements de comportements, de postures et de regards. Pour exemple, en matière de sensibilisation aux RPS, cela peut se traduire chez un salarié par le fait d’être attentif à son propre vécu au travail et d’alerter son manager en cas de difficultés ; ou encore d’être bienveillant et solidaire à l’égard de ses pairs.

Le manager, point central de la lutte contre les RPS

Concernant les managers, la sensibilisation permet notamment l’appropriation de connaissances favorisant le repérage des signes d’alerte, auxquels ils doivent être vigilants concernant leurs collaborateurs, tels que l’état de stress chronique ou encore l’isolement.

Les managers de proximité ont un rôle phare en matière de prévention des risques. Leur poste de travail leur confère plusieurs avantages. Ils sont les détecteurs de signaux, du fait de leur proximité avec les collaborateurs, et de leur connaissance du travail qui leur permet de relever les facteurs de RPS en présence ; et ils sont des régulateurs de tensions, à travers leur action de soutien, de reconnaissance et de régulation de la charge. Ainsi, si les managers sont une cible privilégiée des RPS, ils sont aussi une cible privilégiée de préventions.

Enfin, Comme pour toute action de prévention, il est à noter que pour obtenir les effets escomptés, soit une diminution des RPS au sein des entreprises, les sensibilisations ne doivent pas prendre un caractère isolé et ponctuel, elles doivent s’inscrire dans le temps, pour venir modifier en profondeur les comportements, les croyances et les cultures de nos entreprises.

Jennifer Corbillon

Assistante Sociale CSIERESO